Investigating Targets of Avian Habitat Management to Eliminate an Ecological Trap
Recherche de cibles d’aménagement d’habitat aviaire pour éliminer le piège écologique

Bruce A. Robertson, Bard College

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00533-070202

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

Ecological traps are attractive population sinks created when anthropogenic habitat alteration inadvertently creates a mismatch between the attractiveness of a habitat based upon its settlement cues, and its current value for survival or reproduction. Traps represent a new threat to the conservation of native species, yet little attention has been given to developing practical approaches to eliminating them. In the northern Rocky Mountains of Montana, Olive-sided Flycatchers (Contopus cooperi) prefer to settle in patches of selectively harvested forest versus burned forest despite the lower reproductive success and higher nest predation risk associated with the former habitat. I investigated characteristics of preferred perch sites for this species and how these preferences varied between habitats and sexes. I then built on previous research to develop a range of management prescriptions for reducing the attractiveness of selectively harvested forest, thereby disarming the ecological trap. Female flycatchers preferred to forage from shorter perch trees than males, and females’ perches were shorter than other available perch
trees. Both sexes preferred standing dead perch trees (snags) and these preferences were most obvious in harvested forest where snags are rarer. Because previous research shows that snag density is linked to habitat preference and spruce/fir trees are preferred nest substrate, my results suggest these two habitat components are focal habitat selection cues. I suggest alternative and complementary strategies for eliminating the ecological trap for Olive-sided Flycatchers including: (1) reduced retention and creation of snags, (2) avoiding selective harvest in spruce, fir, and larch stands, (3) avoiding retention of these tree species, and (4) selecting only even-aged canopy height trees for retention so as to reduce perch availability for female flycatchers. Because these strategies also have potential to negatively impact habitat suitability for other forest species or even create new ecological traps, we urge caution in the application of our management recommendations.

Résumé

Impasses attrayantes pour les populations, les pièges écologiques sont créés par inadvertance lorsque des modifications d’habitat d’origine humaine amènent une inéquation entre l’attrait d’un milieu fondé sur ses indices apparents de qualité et sa valeur véritable pour la survie ou la reproduction. Ces pièges représentent une nouvelle menace pour la conservation des espèces indigènes, mais peu d’attention a été accordée jusqu’à maintenant pour trouver des approches pratiques destinées à les éliminer. Dans les Rocheuses au Montana, le Moucherolle à côtés olive (Contopus cooperi) préfère s’établir dans les îlots de coupes de jardinage plutôt que dans les brûlis malgré le succès de reproduction plus faible et le risque de prédation sur les nids plus élevés dans les premiers. Les caractéristiques des perchoirs préférés pour cette espèce et leurs variations ont été examinées selon l’habitat et le sexe. À partir de données d’études antérieures, un ensemble de prescriptions d’aménagement visant à réduire l’attrait des peuplements jardinés a été établi, désamorçant ainsi le piège écologique. Les moucherolles femelles préféraient chercher de la nourriture à partir d’arbres plus courts que ceux utilisés par les mâles, et les arbres utilisés par les femelles étaient plus courts que les autres arbres perchoirs disponibles. Mâles et femelles préféraient des arbres morts encore debout (chicots) comme perchoirs et cette préférence s’observait davantage dans les peuplements jardinés, où les chicots sont plus rares que dans les brûlis. Étant donné que des études antérieures ont montré que la densité des chicots était liée à la préférence d’habitat et que les épinettes et les sapins étaient les arbres de nidification préférés, les résultats de la présente étude laissent entendre que ces deux composantes sont déterminantes dans la sélection de l’habitat. Des stratégies de remplacement complémentaires ont été élaborées afin d’éliminer le piège écologique chez le Moucherolle à côtés olive : 1) réduire le maintien des chicots et leur création; 2) éviter le jardinage dans les peuplements d’épinettes, de sapins et de mélèzes; 3) éviter le maintien de ces espèces arboricoles; et 4) sélectionner seulement les peuplements équiennes d’arbres de même hauteur en vue de la rétention afin de réduire la disponibilité d’arbres perchoirs pour les femelles. Puisque ces stratégies ont le potentiel d’avoir un effet négatif sur la qualité de l’habitat d’autres espèces forestières, ou même encore de créer de nouveaux pièges écologiques, il est impératif de redoubler de précautions dans l’application des recommandations d’aménagement ici proposées.

Key words

behavioral management; disturbance-dependent; evolutionary trap; habitat preference; selective logging; wildfire

Copyright © 2012 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution 4.0 International License. You may share and adapt the work provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568