Feeding–Danger Trade-Offs Underlie Stopover Site Selection by Migrants
Compromis alimentation-prédation sous-tendant la sélection d’une halte migratoire par des migrateurs

Andrea C Pomeroy, Centre for Wildlife Ecology, Simon Fraser University; Jacques Whitford AXYS
Dana A Acevedo Seaman, Centre for Wildlife Ecology, Simon Fraser University
Robert W Butler, Centre for Wildlife Ecology, Simon Fraser University; Pacific Wildlife Research Centre, Canadian Wildlife Service
Robert W Elner, Centre for Wildlife Ecology, Simon Fraser University; Pacific Wildlife Research Centre, Canadian Wildlife Service
Tony D Williams, Centre for Wildlife Ecology, Simon Fraser University
Ronald C Ydenberg, Centre for Wildlife Ecology, Simon Fraser University

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-00240-030107

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

To migrate successfully, birds need to store adequate fat reserves to fuel each leg of the journey. Migrants acquire their fuel reserves at stopover sites; this often entails exposure to predators. Therefore, the safety attributes of sites may be as important as the feeding opportunities. Furthermore, site choice might depend on fuel load, with lean birds more willing to accept danger to obtain good feeding. Here, we evaluate the factors underlying stopover-site usage by migrant Western Sandpipers (Calidris mauri) on a landscape scale. We measured the food and danger attributes of 17 potential stopover sites in the Strait of Georgia and Puget Sound region. We used logistic regression models to test whether food, safety, or both were best able to predict usage of these sites by Western Sandpipers. Eight of the 17 sites were used by sandpipers on migration. Generally, sites that were high in food and safety were used, whereas sites that were low in food and safety were not. However, dangerous sites were used if there was ample food abundance, and sites with low food abundance were used if they were safe. The model including both food and safety best-predicted site usage by sandpipers. Furthermore, lean sandpipers used the most dangerous sites, whereas heavier birds (which do not need to risk feeding in dangerous locations) used safer sites. This study demonstrates that both food and danger attributes are considered by migrant birds when selecting stopover sites, thus both these attributes should be considered to prioritize and manage stopover sites for conservation.

Résumé

Afin de compléter leur migration, les oiseaux ont besoin d’emmagasiner les réserves énergétiques nécessaires pour franchir chaque étape de leur parcours. Les migrateurs obtiennent leurs réserves énergétiques sur les haltes migratoires, où sont souvent présents des prédateurs. Ainsi, les caractéristiques relatives à la sécurité d’un site peuvent être tout aussi importantes que les possibilités de s’y alimenter. De plus, le choix du site peut dépendre des réserves énergétiques de l’oiseau, un oiseau maigre étant plus disposé à accepter le danger afin d’obtenir une bonne alimentation. Dans la présente étude, nous avons évalué les facteurs sur lesquels repose l’utilisation des haltes migratoires par des Bécasseaux d’Alaska (Calidris mauri) migrateurs, à l’échelle du paysage. Nous avons mesuré les caractéristiques relatives à l’alimentation et à la sécurité de 17 haltes migratoires potentielles dans la région des détroits de Georgie et de Puget. Nous avons utilisé des modèles de régression logistique afin de tester si l’alimentation, la sécurité ou les deux, étaient les variables qui prédisaient le mieux l’utilisation de ces haltes par les Bécasseaux d’Alaska. Huit des 17 sites ont été utilisés par les bécasseaux en migration. En général, les sites sécuritaires et ayant un nombre élevé de proies étaient utilisés, tandis que ceux qui étaient non sécuritaires et dont le nombre de proies était faible ne l’étaient pas. Toutefois, les sites non sécuritaires étaient utilisés s’ils offraient un nombre élevé de proies, et ceux qui n’offraient que peu de proies étaient utilisés s’ils étaient sécuritaires. Le modèle qui incluait à la fois l’alimentation et la sécurité expliquait le mieux l’utilisation des haltes potentielles par les bécasseaux. En outre, les bécasseaux maigres utilisaient les haltes les moins sécuritaires, tandis que les oiseaux plus gras (qui n’ont pas besoin de prendre le risque de s’alimenter dans des haltes non sécuritaires) utilisaient des haltes plus sécuritaires. Cette étude démontre que les caractéristiques relatives à l’alimentation et à la sécurité sont prises en considération par les oiseaux migrateurs au moment de la sélection des haltes migratoires; ces caractéristiques devraient donc toutes deux être considérées afin de prioriser et de gérer les haltes migratoires dans une optique de conservation.

Key words

Calidris mauri; food abundance; migration; predation danger; stopover site conservation; trade-off hypothesis; Western Sandpiper

Copyright © 2008 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution 4.0 International License. You may share and adapt the work provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568