Functional connectivity of managed forest landscapes for the Ovenbird: an experimental assessment of within-patch movement behavior
Connectivité fonctionnelle de paysages forestiers sous aménagement: évaluation expérimentale des mouvements de la Paruline couronnée à l'intérieur de parcelles

Catherine Geoffroy, Département de biologie, Université de Moncton, Canada; Département de biologie, Université de Sherbrooke, Canada
Marc-André Villard, Sépaq
Marc Bélisle, Centre d'étude de la forêt-CEF, Département de biologie, Université de Sherbrooke, Canada

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-01831-160206

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

Conservation efforts addressing the impacts of habitat loss and fragmentation on movements must rely on operational definitions of land-cover types that are relevant to the behavioral decisions made by the species of interest. Travel costs, and ultimately landscape resistance (or permeability to movement) can be assessed through experiments standardizing the motivation of individuals to move across specific landscape elements, including habitat patches, the matrix, and their edges. So far, most studies modeling landscape permeability based on cost values have focused on habitat-specialist species and characterized landscape composition based on contrasting, human-defined cover types such as forest and open land. We experimentally evaluated the permeability to movement of different forest-cover types for the Ovenbird (Seiurus aurocapilla), a neotropical migratory species breeding in mature deciduous or mixed forest. We compared homing time and movement patterns of 60 radio-tracked males translocated over 500 m and released in untreated or partially harvested mature deciduous stands, as well as in conifer plantations, in northwestern New Brunswick, Canada. Although there was no strong effect of forest-cover type on homing time, path tortuosity, or travel speed, individuals released in conifer plantations tended to move faster and straighter than those released within untreated forest. Considering that translocated Ovenbirds have been shown to be less likely to return to capture sites in landscapes dominated by conifer plantations, our results suggest that they minimize time spent in inhospitable cover types. Responses to conifer plantation edges and similar interfaces may thus represent decisive components of time-based functional connectivity estimates. Hence, it appears that not all forest-cover types offer an equal resistance to Ovenbird movements and, consequently, a dichotomic habitat/non-habitat view may be too simplistic when assessing or modeling landscape permeability for passerine birds.

Résumé

Les stratégies de conservation visant à réduire les impacts de la perte et de la fragmentation de l'habitat sur les mouvements doivent reposer sur des définitions opérationnelles des types de milieux qui sont pertinentes aux décisions prises par les individus des espèces focales. Les coûts de déplacement et, ultimement, la résistance du paysage (ou perméabilité au mouvement), peuvent être estimés par le biais d'expérimentations permettant de standardiser la motivation des individus à se déplacer à travers des composantes spécifiques du paysage, incluant les parcelles d'habitat, la matrice et leurs bordures. Jusqu'à maintenant, la plupart des études ayant modélisé la perméabilité du paysage à partir d'estimations de coûts se sont concentrées sur des espèces spécialistes en termes d'utilisation de l'habitat et ont caractérisé les paysages selon une perspective anthropique fondée sur des types de milieux contrastants, tels les forêts et les milieux ouverts. Nous avons évalué expérimentalement la perméabilité de différents types de couvert forestier aux mouvements de la Paruline couronnée (Seiurus aurocapilla), un migrateur néotropical qui niche dans les peuplements matures feuillus ou mixtes. Par des suivis télémétriques, nous avons comparé les temps de retour et les patrons de mouvement de 60 mâles déplacés sur 500 m et relâchés au sein de parcelles de forêt feuillue mature non-aménagée ou partiellement exploitée et de plantations de conifères dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, au Canada. Malgré l'absence d'un effet important du type de couvert forestier sur le temps de retour, la tortuosité des trajets ou la vitesse de déplacement, les individus relâchés au sein des plantations de conifères avaient tendance à se déplacer plus rapidement et plus directement que lorsque relâchés au sein de peuplements forestiers non-aménagés. Puisqu'il a été montré que la Paruline couronnée est moins susceptible de revenir au site de capture lorsqu'elle doit traverser un paysage dominé par les plantations de conifères, nos résultats suggèrent qu'elles tentent de minimiser le temps passé au sein des types de couvert inhospitaliers. La réponse des individus aux bordures des plantations de conifères et aux autres interfaces similaires pourrait ainsi représenter une composante cruciale de l'estimation de la connectivité fonctionnelle. Il semblerait que les différents types de couvert forestier n'offrent pas tous une résistance égale aux mouvements de la Paruline couronnée. Il s'ensuit qu'une vision dichotomique habitat/non-habitat pourrait être trop simpliste pour l'évaluation ou la modélisation de la perméabilité des paysages aux mouvements des passereaux.

Key words

dispersal; functional connectivity; habitat fragmentation; homing; matrix resistance; Seiurus aurocapilla; spatial ecology

Copyright © 2021 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution 4.0 International License. You may share and adapt the work provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568