Factors affecting Bobolink nest survival across grassland types
Facteurs affectant la survie des nids de goglus des prés entre les différents types de prairie

Monica A. Fromberger, Trent University
Andrew J. Campomizzi, Bird Ecology and Conservation Ontario; Trent University
Zoé M. Lebrun-Southcott, Bird Ecology and Conservation Ontario
Alice L. Pintaric, Trent University
Nicole M. MacDonald, Trent University
Erica Nol, Trent University

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-01666-150213

Full Text: HTML   
Download Citation


Abstract

Grassland birds, including Bobolinks (Dolichonyx oryzivorus), have experienced steep population declines across their breeding range in North America. Because of these declines, Bobolinks were listed as threatened by the Ontario and Canadian governments. We assessed nest survival across land-cover types and uses to identify pertinent factors important for conservation of this species-at-risk. We analyzed nest survival for 463 Bobolink nests monitored over 6 years from 3 regions across southern and eastern Ontario, Canada. We used RMark to analyze daily survival rate of nests by assessing 53 models that incorporated temporal, local, and landscape variables. Daily survival rate of Bobolink nests was strongly associated with cattle (Bos taurus) stocking rate (cattle-days/ha) and date. Daily survival rate decreased across the nesting season from 0.98 (CI 95% = 0.97-0.99) to 0.92 (CI 95% = 0.87-0.95). Stocking rate was the only important local variable and was negatively associated with daily survival rate, which decreased from 0.96 (CI 95% = 0.96-0.97) to 0.69 (CI 95% = 0.51-0.82) as stocking rate increased from 0 to 243 cattle-days/ha. Landscape variables, including region, percent forest, cropland, and grassland within 2, 5, and 10 km, were not in competitive models. Our results suggest that all field uses we studied have potential for conservation actions because daily survival rate of nests did not vary significantly across late-cut hayfields, fallow fields, restored grasslands, or pastures; however, stocking rate is important in pastures. In grazed pastures where Bobolink conservation is a priority, we recommend keeping stocking rates low (≤ 40 cattle-days/ha) when most Bobolink nests are active, e.g., 21 May (earliest date of incubation) through 30 June (one week after median date of fledging for first nesting attempts) in our study area.

Résumé

Les oiseaux des prairies, y compris les goglus des prés (Dolichonyx oryzivorus), ont subi de forts déclins de leurs populations sur l'ensemble de leur territoire de reproduction en Amérique du Nord. En raison de cette baisse, le goglu des prés a été répertorié parmi les espèces menacées par les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Nous avons évalué la survie des nids sur l'ensemble des types et utilisations de couvertures végétales afin d'identifier les facteurs pertinents importants pour la conservation de cette espèce menacée. Nous avons analysé la survie de 463 nids de goglus des prés placés sous surveillance pendant plus de 6 ans dans 3 régions du sud et de l'est de l'Ontario, au Canada. Nous avons utilisé la méthode RMark pour analyser le taux de survie quotidien des nids en évaluant 53 modèles intégrant des variables temporelles, locales et paysagères. Le taux de survie quotidien des nids de goglus des prés était étroitement lié à la densité d'occupation du bétail (Bos taurus) (journées de pâture par hectare) et à la date. Le taux de survie quotidien a diminué au cours de la saison de nidification, passant de 0,98 (intervalle de confiance de 95 % = 0,97-0,99) à 0,92 (intervalle de confiance de 95 % = 0,87-0,95). La densité d'occupation du bétail était la seule variable locale importante et a produit des conséquences négatives sur le taux de survie quotidien, lequel est passé de 0,96 (intervalle de confiance de 95 % = 0,96-0,97) à 0,69 (intervalle de confiance de 95 % = 0,51-0,82) tandis que la densité d'occupation du bétail augmentait de 0 à 243 jours de pâture par hectare. Les variables paysagères, telles que la région, le pourcentage de forestation, le pourcentage de terres cultivées et les prairies dans un rayon de 2, 5 et 10 km, n'étaient pas prises en compte dans les modèles compétitifs. Nos résultats suggèrent que toutes les utilisations de terrain que nous avons examinées pourraient donner lieu à des mesures de conservation, car le taux de survie quotidien des nids ne variait pas énormément entre les champs à fauche tardive, les champs en jachère, les prairies restaurées ou les pâturages ; en revanche, la densité d'occupation du bétail est importante dans les pâturages. Dans les pâturages occupés où la conservation du goglu des prés est prioritaire, nous recommandons de maintenir la densité d'occupation du bétail à un niveau faible (≤ 40 jours de pâture par hectare) pendant la période d'activité de la plupart des nids de goglus des prés, c'est-à-dire du 21 mai (la date d'incubation la plus précoce) au 30 juin (une semaine après la date médiane d'envol des oisillons pour la première tentative de nidification) dans notre zone d'étude.

Key words

farmland birds; grassland birds; landscape ecology; land sharing; range management; restored grassland; RMark; rotational grazing; spatial scale; species at risk

Copyright © 2020 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution 4.0 International License. You may share and adapt the work provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568