Movement ecology and habitat use differences in Black Scoters wintering along the Atlantic coast
Écologie des déplacements et différences d'utilisation des habitats chez les Macreuses à bec jaune hivernant le long de la côte atlantique

Hannah M. Plumpton, Department of Forestry and Environmental Conservation, Clemson University
Scott G. Gilliland, Canadian Wildlife Service, Environment and Climate Change Canada
Beth E. Ross, U.S. Geological Survey, South Carolina Cooperative Fish and Wildlife Research Unit; Clemson University, Department of Forestry and Environmental Conservation

DOI: http://dx.doi.org/10.5751/ACE-01654-150206

Full Text: HTML
Download Citation


Abstract

For migratory species such as Black Scoters (Melanitta americana) whose range encompasses a
variety of habitats, it is especially important to obtain habitat use information across the species’ range to better understand anthropogenic threats, e.g., marine development and climate change. The objective of our study was to investigate the winter movement patterns and habitat use of Black Scoters in the Atlantic Ocean by quantifying the following key movement indices: number of wintering sites, arrival and departure dates to and from the wintering grounds, days at a wintering site, area of a wintering site, distance between wintering sites, and differences in habitat features of wintering sites. We also tested if winter movement patterns varied by sex or along a latitudinal gradient. To quantify winter movement patterns of Black Scoters, we used satellite telemetry data from 2009 to 2012 (n = 29 tagged females and 15 males for a total of 66 winter seasons, 38 female winter seasons, 28 male winter seasons). Our results indicated that the average wintering site area and distance between wintering sites varied with latitude. Wintering sites located at southern latitudes were larger and further apart than wintering sites located at more northern latitudes. Additionally, wintering sites varied in bathymetry, distance to shore, and the slope of the ocean floor at different latitudes; northern wintering sites were in deeper waters, closer to shore, and on steeper slopes than southern wintering sites. Our results suggest that habitat use may differ by latitude, indicating that habitats used in northern locations may not be representative of habitats used in more southern wintering areas. Understanding variation of habitat use along a latitudinal gradient will enable managers to focus sampling effort for Black Scoter abundance and distribution along the Atlantic coast and provide insight on the wintering ecology and movement of Black Scoters.

Résumé

Pour les espèces migratrices dont l'aire de répartition englobe une variété d'habitats telles que la Macreuse à bec jaune (Melanitta americana), il est primordial d'obtenir des informations sur l'utilisation des habitats dans l'ensemble de l'aire de répartition de l'espèce afin de mieux comprendre les menaces d'origine anthropique, dont l'exploitation des ressources maritimes et le changement climatique. L'objectif de notre étude était d'examiner les patrons de déplacements hivernaux et l'utilisation des habitats de la Macreuse à bec jaune dans l'océan Atlantique, en quantifiant les principaux indices de déplacement suivants : nombre de sites d'hivernage, dates d'arrivée et de départ des sites d'hivernage, jours passés sur un site d'hivernage, superficie d'un site d'hivernage, distance entre les sites d'hivernage et différences dans les caractéristiques d'habitats aux sites d'hivernage. Nous avons également vérifié si les patrons de déplacements hivernaux variaient selon le sexe ou un gradient latitudinal. Pour quantifier les patrons de déplacements hivernaux de la Macreuse à bec jaune, nous avons utilisé des données de télémétrie par satellite de 2009 à 2012 (n = 29 femelles et 15 mâles pour un total de 66 hivers, soit 38 hivers pour les femelles et 28 hivers pour les mâles). Nos résultats ont indiqué que la superficie moyenne des sites d'hivernage et la distance entre les sites d'hivernage variaient en fonction de la latitude. Les sites d'hivernage situés aux latitudes sud étaient plus grands et plus éloignés les uns des autres que les sites d'hivernage situés aux latitudes nord. En outre, les sites d'hivernage variaient en termes de bathymétrie, de distance par rapport au rivage et de pente du fond océanique à différentes latitudes; les sites d'hivernage situés au nord se trouvaient dans des eaux plus profondes, plus près du rivage et sur des pentes plus raides que les sites d'hivernage situés au sud. Nos résultats indiquent que l'utilisation des habitats peut varier en fonction de la latitude, nous portant à croire que les habitats utilisés dans les zones d'hivernage septentrionales ne sont peut-être pas représentatifs des habitats utilisés dans les zones plus méridionales. La compréhension des différences dans l'utilisation des habitats le long d'un gradient latitudinal permettra aux gestionnaires de concentrer leurs efforts de suivi de l'abondance et de la répartition de la Macreuse à bec jaune le long de la côte atlantique et fournit un aperçu de l'écologie hivernale et des déplacements de la Macreuse à bec jaune.

Key words

Black Scoter; geographic variation; Melanitta americana; movement; wintering ecology

Copyright © 2020 by the author(s). Published here under license by The Resilience Alliance. This article is under a Creative Commons Attribution 4.0 International License. You may share and adapt the work provided the original author and source are credited, you indicate whether any changes were made, and you include a link to the license.

Avian Conservation and Ecology ISSN: 1712-6568